Ajouter aux favoris

Amateurs de jardins, ici vous serez comblés ! vous découvrirez un parc romantique et 3 jardins originaux qui entourent l’abbaye royale …

Le parc

Grand de 6,5 hectares, ce parc résulte de transformations faites à des époques très distinctes.

Au Moyen-âge, les moines captent une source distante de 3 km pour l’eau potable. Ils canalisent aussi, deux rivières (la Thève et l’Ysieux). Un des canaux entre dans le domaine et traverse les latrines qu’il nettoie avant de devenir souterrain. Les autres alimentent des étangs à poisson et des moulins.

Dans la première moitié du 20e siècle, des nouveaux canaux sont aménagés pour apporter l’énergie aux machines à tisser et aider au nettoyage des étoffes.

Plus tard, le canal, destiné aux besoins de la blanchisserie, sera agrandi en grands miroirs pour le seul plaisir d’agrémenter le parc.

Tous ces canaux sont encore visibles aujourd’hui et font un des charmes du site.

A partir de 1870, des religieuses installent un noviciat dans les murs abandonnés et dégradés par les industriels. Le long des canaux, des allées sont dessinées et bordées de marronniers ; des bosquets et une grotte qui abrite une pietà complètent l’agrément des promenades.

Le parc est resté tel qu’au 19e et on peut toujours se promener à l’ombre des grands marronniers.

Le jardin des 9 carrés

Ce jardin d’inspiration médiévale est conçu pour accueillir des expositions sur les plantes.

Créé en 2004, par des paysagistes, il est constitué de 9 carrés, évocation des jardins des simples du monde médiéval.

Ces 9 carrés en osier vivant tressé contiennent des plantes qui restent en place de façon naturelle tout au long de leurs cycles. Les plantes qui le composent sont intégralement changées tous les trois ou quatre ans.

Des expositions thématiques sur les plantes et leurs usages y sont présentées :
en 2016, le voyage des plantes au Moyen Âge, entre Orient et Occident,
en 2013, plantes symboliques, signes et emblèmes, …

Le jardin du cloître

Ce cloître du 13e, de vastes dimensions, est rectangulaire et non pas carré. Les végétaux sont déjà présents dans l’architecture et le décor du cloître, de manière stylisée, simplifiée pour suggérer la maîtrise de la nature.

Au Moyen Âge, le cloître est planté d’herbes médicinales ou laissé nu, comme l’austérité cistercienne le recommande. Au 19e, les religieuses de la Sainte-Famille de Bordeaux découpent cet espace en 4 parties autour d’un bassin et en 1912, la famille Goüin, alors propriétaire de l’abbaye, le transforme en un ravissant petit jardin à la française, dans un style librement inspiré des parterres à compartiments de la Renaissance.

La restauration du jardin, en 2010, achève les travaux du cloître entrepris depuis 1996.

Le Potager-Jardin

Conçu en 2013, cet espace, de 9 000 m², reprend la structure du potager traditionnel et y développe un mode de production original des végétaux comestibles. Les légumes poussent de manière libre et irrégulière dans des « cellules potagères ». Très expérimental, inspiré de la permaculture, ce système s’appuie sur les capacités de régénération et de réensemencement naturel propre à chaque plante. L’arrosage n’est pratiquement pas nécessaire ; seule l’acclimatation de nouvelles espèces le nécessite.
Au centre, la « cabane du jardinier » est une création architecturale contemporaine.

Au total, le potager accueille 130 variétés de végétaux comestibles et 60 arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers) palissés ou de plein-vent.

Longtemps, les abbayes ont été à la fois conservatoire et champ d’expérience des techniques et des savoirs. La vocation contemporaine de Royaumont ne rompt pas avec cette tradition.

En pratique

Abbaye royale de Royaumont
95270 Asnières-sur-Oise
Tél. : 01 30 35 59 70
www.royaumont.com

Pour compléter votre visite :

Sur ce lien vous trouverez une idée de randonnée ou vous pouvez télécharger « rando Parc Oise », pour être géolocalisé et découvrir de nombreuses autres randonnées….

Ajouter aux favoris