Ajouter aux favoris

En vous promenant dans leurs parcs ou en passant devant, découvrez une spécialité locale, « les châteaux » … Le territoire du Parc, proche de Paris, est parsemé de châteaux, manoirs, grandes demeures,… construits par les hommes de pouvoir et d’argent de toutes les époques …

Vestiges du château de Senlis

Le site du château est occupé depuis l’époque romaine. La première mention précise du château sous le terme de palatio date de 990. Le château est fréquenté dès le 9e siècle par Charles le Chauve puis Louis le Bègue. C’est ici que Hugues Capet est élu par acclamation roi de France en 987, donnant ainsi naissance à la grande dynastie des Capètiens. Les sources révèlent que jusqu’aux 14e et 15e siècles, des actes royaux sont régulièrement signés ici, les rois entretiennent des liens étroits avec la ville.

Le château actuel est bâti au 12e, sous Louis VI le Gros. Au 13e siècle, des remaniements sont effectués dans le château avec la construction du logement du roi et du prieuré Saint-Maurice. Au 14e, la tour du Prétoire est aménagée ainsi que la tour du rempart romain située au niveau de la chambre du roi. De nouveaux travaux de réaménagement sont conduits au cours du 15e siècle, en particulier dans la chambre du roi. Henri IV est le dernier roi à séjourner à Senlis. En 1793, le château est vendu comme bien national. Au cours du 19e siècle, la façade sud de la chambre du roi est rebâtie. Les dépendances du château sont partiellement abattues en 1812. En 1861, le corps de bâtiment disparaît en partie. C’est en 1956 que la ville de Senlis rachète le château.

Aujourd’hui seuls des vestiges dans un beau parc rappellent cette longue histoire.

En pratique
60300 Senlis
Parc ouvert toute l’année.
Entrée gratuite

Châteaux visibles de l’espace public

Château de Viarmes

Le beau château classique de Viarmes est construit en 1758 à la demande de Jean-Baptiste Élie Camus de Pontcarré, seigneur de Viarmes, à l’emplacement d’un ancien château-fort. Il abrite la mairie et un petit musée consacré à la vie locale.

En pratique
95270 Viarmes
Château non visitable.

Château de Lamorlaye

Ses deux tours d’angle au profil élancé témoignent du riche passé du château de Lamorlaye, tour à tour forteresse moyenâgeuse, palais Renaissance et château classique. Il a appartenu à la famille des princes de Condé. Puis de propriétaire en propriétaire, il est reconstruit au 19e siècle. En 1942, le château est légué à une congrégation religieuse, puis vendu en 1953 à l’Institut biblique européen. En 2005, la municipalité en fait l’acquisition pour lui donner une nouvelle vie.

L’édifice actuel ne peut être visité mais son parc, planté d’essences rares, invite à la flânerie.

En pratique
60260 Lamorlaye
Parc ouvert toute l’année. Château non visitable.
Entrée gratuite

Château de Coye-la-Forêt

Toussaint Rose, secrétaire du cabinet de Louis XIV, aménage le château en 1655 et réalise les aménagements hydrauliques du parc. Le château actuel est dû au prince de Condé qui l’a fait reconstruire dans les années 1760-1770 dans un style néo-classique. Vers 1770, Condé installa une manufacture d’indiennes dans les dépendances du château profitant de l’énergie motrice de la rivière toute proche. C’est le début d’une activité industrielle dans le village qui fera vivre les habitants pendant 150 ans. Les dépendances ont été remaniées à la suite d’un incendie en 1829 et aménagées en logements au 20e siècle.

En pratique
60560 Coye-la-Forêt
Château non visitable

Château de la Reine Blanche,

au bord des étangs de Comelles, ancien moulin rhabillé à la mode « troubadour » par le dernier Condé qui l’utilisait, en 1825, comme rendez-vous de chasse. Privé, ne se visite pas

Ruines du château de Verneuil-en Halatte, Henri IV offre ce beau château renaissance à sa favorite, Henriette d’Entragues. A partir de 1734, considérant qu’il portait ombrage à son château de Chantilly, le prince de Condé l’achète et le fait démolir. Accès dangereux déconseillé.

Château de Thiers-sur-Thèves, ces ruines encore considérables, ne sont que le pâle reflet de ce que fut ce puissant château fort, bâti de 1276 à 1283 au bord de la Thève. Il ne comportait pas moins de neuf tours, un pont-levis et une chapelle.

Château de la Motte, à Luzarches, vestiges d’une motte féodale, d’une enceinte et de cinq tours du 13e siècle.

Château de Beaumont-sur-Oise mentionné pour la première fois en 953, aujourd’hui en ruine.

Château d’Ermenonville, 18e, château-hôtel.

Château de Roberval, fin 18e, privé, ne se visite pas.

Manoir de Saint Symphorien, Pontpoint, 17e siècle, ne se visite pas.

Château de Franconville, 19e, Saint-Martin-du-Tertre, privé, ne se visite pas.

Château de Nointel, 17e, centre de séminaire.

Franconville

Autres châteaux

Château de Bellevue, Presles, 19e, un arboretum qui regroupe 113 espèces différentes et un parcours dans les arbres. Ne se visite pas.

Château des Fontaines, fin 19e, centre de séminaire, Gouvieux

Château de Valgenceuse, Senlis, fin 18e, privé, ne se visite pas.

Château de Vallière, Mortefontaine, fin 19e, copie d’Azay le Rideau, quatre étangs peints par Watteau et Corot. privé, ne se visite pas.

Château de Montvillargenne, début 20e, château-hôtel, Gouvieux

Château de Mortefontaine, 17e, privé, ne se visite pas.

Château de Nanteuil le Haudouin, ne reste que des dépendances. Privé, ne se visite pas.

Château de Beaurepaire, édifié à plusieurs époques : médiévale, renaissance, début 17e et fin 19e. Privé, ne se visite pas.

Château de Boran-sur-Oise, construit au 16e siècle, réaménagé au 18e siècle. Privé, ne se visite pas.

Château Mont Royal, début 20e, château-hôtel, La Chapelle en Serval

Mont Royal

Pour compléter vos visites :

Sur ce lien vous trouverez des idées de randonnée et vous pouvez télécharger l’application de randonnées « rando parc Oise » pour être géolocalisé.

Ajouter aux favoris