Ajouter aux favoris

Au cœur de la forêt de Chantilly, les étangs de Comelles font la joie des promeneurs, petits ou grands. Ils s’étendent sur plus de 40 hectares épousant le cours de la rivière Thève. Des chemins de terre, ombragés d’arbres parfois centenaires, encerclent ces quatre plans d’eau surplombés par le ravissant château de la Reine Blanche. Un lieu qui vous emporte dans des moments idylliques.

Des étangs creusés et gérés par des moines

Les quatre étangs de Comelles sont créés au cours du 13e siècle par les moines de l’abbaye de Chaalis pour être utilisés comme viviers à poissons. Ils sont aménagés sur le cours de la Thève à l’endroit le plus resserré de la vallée, au cœur de la forêt de Chantilly. L’eau qui alimente plusieurs moulins, est canalisée par des bondes, des vannes et des conduites.

Des étangs disputés

Longtemps, ces étangs et les forêts qui les entourent font l’objet de disputes, de contentieux et de procès entre les moines et les divers propriétaires des terres, pour savoir qui a le droit de couper le bois, de faire paître les animaux, de chasser, …

Un moine dénommé «l’Anglais» travaillant pour l’abbaye de Chaalis est même tué lors d’une des altercations, en 1430.

Le moment le plus terrible se déroule en 1793, quand les villageois poussés par la disette pillent le dernier moulin et vident les étangs pour récupérer les poissons.
Ce n’est qu’au 19e que les princes de Condé mettent de l’ordre, en rachetant toutes les terres pour finir de constituer le domaine de Chantilly.

Des étangs romantiques

Louis VI Henri de Bourbon-Condé transforme l’ancienne loge des gardes en relais de chasse. A sa demande, l’architecte réalise un ravissant petit château de style néogothique décoré de statues de chevaliers, de gargouilles et de balustrades. Sans que l’on sache pourquoi, il sera appelé « château de la Reine Blanche ».

Dès le début de l’époque romantique, ce site, très fréquenté par les artistes, inspire notamment Chateaubriand qui nous raconte :

« j’aurais trouvé des mystères de la vie dans le ruisseau de la Thève : … il meurt dans les étangs de Comelles qu’alimente sa jeunesse, sans cesse expirante, sans cesse renouvelée… »

Avec l’arrivée du train, au 19e siècle, les pêcheurs prennent l’habitude de venir y remplir leurs musettes et les familles de s’y détendre.

En 1957, Stanley Donen tourne, aux étangs de Comelles, la séquence du « mariage » romantique entre Audrey Hepburn et Fred Astaire qui clôture la comédie musicale Drôle de frimousse (Funny Face).

Des étangs de biodiversité

Le premier étang est en grande partie comblé par un atterrissement formant une île couverte de roseaux, de saules, d’aulnes et de peupliers blancs. C’est un lieu très intéressant du point de vue ornithologique (reproduction des oiseaux aquatiques) et floristique (plantes rares).
Au mois de mars, chaque année, des milliers de grenouilles et crapauds viennent s’accoupler dans les étangs. Les routes sont alors fermées le soir, pour éviter qu’ils ne se fassent écraser par centaines.

L’Institut de France, aujourd’hui propriétaire des lieux, a en charge leur entretien et les loue à un locataire qui gère différentes activités : pêche, restauration, …

Pour accéder au site, en venant de la gare d’Orry-Coye

Une randonnée en cliquant sur ce lien ou télécharger l’application « rando Parc Oise », pour être géolocalisé.

Ajouter aux favoris